INTRODUCTION


Sortir des sentiers battus et regarder en arrière le passé de la ville de Garenne Colombes souvent appelée "Village" par ses élus bétonneurs . Le seul blog qui montre comment était autrefois La Garenne, et révèle comment l'architecture de la commune a évolué.

Méfiez vous des contrefaçons

Certains bâtiments, bien que classés à l'inventaire du patrimoine, ont été consciencieusement rasés depuis trente ans, la spéculation immobilière a chamboulé cette petite ville et continue de le faire.

Ce blog est aussi la mémoire d'un quartier entier livré aux bétonneurs de l' EPADESA et de son petit frère DEFACTO qui gèrent La Défense par ses élus au conseil municipal :les Champs Philippe.

L'immeuble Foster de la place de Belgique a définitivement transformé cette place en carrefour, il a aussi scindé définitivement la ville en deux . Le quartier des Champs Philippe est densifié à outrance et le pire est à venir avec l'aménagement du quartier des Fauvelles. Qui nous disait, l n'y a pas si longtemps "il n'y aura pas de bandits immobiliers à La Garenne " et que "sa plus grande réalisation d'élu était d'avoir protégé sa commune de l'appétit des promoteurs "?

On n'a plus trop envie d'en rire.

Max Philippe

dimanche 21 septembre 2014

Il revient,réjouissez vous, il paraît qu'il a changé...ils sont onze à y croire


Le  maire  du Village  est  féru de  littérature comme Nicolas Sarkozy depuis  peu,  avec un goût  certain pour  des auteurs qu'on aurait   pu laisser dans  les  égouts de l'histoire la littérature française ,  il a  tout  fait  pour que  nul ne  l'ignore. Signataire  de  l'appel des  onze  où onze  députés européens appellent  au retour de Nicolas Sarkozy, malgré ses  casseroles multiples, nous  lui proposons ce petit  poème  intitulé  : "il revient..." écrit par Aragon ( qui préférait lui,  Staline  à Proust)  pour  le  retour  de  Maurice  Thorez parti 3 ans  en URSS se  faire  soigner  après  une  attaque  d'hémiplégie.


Il revient ! Les vélos, sur le chemin des villes,                
Se parlent, rapprochant leur nickel ébloui.
Tu l'entends, batelier ? Il revient. Quoi ? Comment ? Il
Revient ! Je te le dis, docker. Il revient. Oui,
Il revient. Le wattman arrête la motrice :
Camarade, tu dis qu'Il revient, tu dis bien ?
Et l'employé du gaz interroge : Maurice
Reviendrait ? Mais comprends, on te dit qu'Il revient,
Maurice. Je comprends, ce n'est donc pas un rêve ?
Les vestiaires sont pleins de rumeurs : vous disiez,
Il revient... Ces mots-là sont une lampe que lèvent
Les mineurs aujourd'hui comme au jour de Waziers.
Il revient... Ces mots-là sont la chanson qu'emporte
Le journalier, la chanson du soldat, du marin.
C'est l'espoir de la paix et c'est la France forte,
Libre et heureuse. Paysan, lance le grain.
O femmes, souriez et mêlez à vos tresses
Ces deux mots-là comme des fleurs jamais fanées.
Il revient. Je redis ces deux mots-là sans cesse

A vous   de parodier  ce poème  à l'occasion du retour du petit  Nicolas
Dormez bien et  bonjour  chez  vous 


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire