INTRODUCTION


Sortir des sentiers battus et regarder en arrière le passé de la ville de Garenne Colombes souvent appelée "Village" par ses élus bétonneurs . Le seul blog qui montre comment était autrefois La Garenne, et révèle comment l'architecture de la commune a évolué.

Méfiez vous des contrefaçons

Certains bâtiments, bien que classés à l'inventaire du patrimoine, ont été consciencieusement rasés depuis trente ans, la spéculation immobilière a chamboulé cette petite ville et continue de le faire.

Ce blog est aussi la mémoire d'un quartier entier livré aux bétonneurs de l' EPADESA et de son petit frère DEFACTO qui gèrent La Défense par ses élus au conseil municipal :les Champs Philippe.

L'immeuble Foster de la place de Belgique a définitivement transformé cette place en carrefour, il a aussi scindé définitivement la ville en deux . Le quartier des Champs Philippe est densifié à outrance et le pire est à venir avec l'aménagement du quartier des Fauvelles. Qui nous disait, l n'y a pas si longtemps "il n'y aura pas de bandits immobiliers à La Garenne " et que "sa plus grande réalisation d'élu était d'avoir protégé sa commune de l'appétit des promoteurs "?

On n'a plus trop envie d'en rire.

Max Philippe

mercredi 6 décembre 2017

Jean d'O au Village

          Jean d'Ormesson s'était déplacé jusqu'au Village pour inaugurer en  2008  le nouveau collège qui devait porter le nom de Kléber Haedens .
Voici un de nos anciens posts revisité  avec en prime la vidéo du discours de Jean d'Ormesson et  une  vidéo de  la  manifestation des opposants  au nom du  collège.

         
C'est le livre  que  le maire  du  Village voulait  offrir  aux élèves  entrant en sixième au collège, collège   dont  il aurait  tant  voulu qu' il portât  le  nom de l'auteur. Une  histoire  de la  littérature  française plutôt partisane  écrite  par  un proche  de  l'Action Française.C'est aussi le  livre  qu'un  conseiller  municipal d'opposition trouvait lui  trop ardu  pour  des  élèves de   sixième et  qui conseilla  au  maire  de  l'offrir plutôt  aux élèves  de  quatrième. 


           En  présence  du commandeur Jean d'Ormesson  accueilli avec  beaucoup de  salamalecs  par  le  maire du  Village, l'inauguration eu bien  lieu, mais  peu après avec  les remous provoqués par  ce  choix  le  collège  fut  débaptisé et  réduit  à s'appeler simplement " Champs Philippe ".
Ce fut  l'occasion pour  le maire du Village de  traiter de sots  ceux  qui s'étaient  opposés à sa volonté,  mais  de toute  façon, si vous n'êtes pas d'accord  avec le maire du Village, vous rentrez  d'office dans la catégorie  "sot"et  s'il n'est  pas  d'accord  avec  vous  vous  rentrez  dans  la  catégorie  "coucou".
Cette plaque  est  désormais  un collector:



Dormez bien et bonjour chez vous

mercredi 22 novembre 2017

Le trou de la halle





Jamais  une  fosse  n'aura  autant  été  sécurisée  par  des  butons  métalliques.
Même  pas  le  trou des  Halles de  Paris

Ce  qui  tend  a  prouver  que  nos  craintes  relatives  à la  solidité  de  l'église  étaient  fondées

Voici ce  que nous écrivions :
L' Eglise fut  construite comme chapelle de secours de la paroisse de Colombes,avec les seuls deniers des habitants sur un terrain offert par les héritiers du banquier Pierre-Urbain Sartoris. , lotisseurs de l'ancien domaine seigneurial de La Garenne, entre 1866 (1ère pierre) et 1875 (inauguration et ouverture au culte) .En hommage à Urbain Sartoris, la chapelle est baptisée du prénom de celui-ci. Un ensemble de clercs et de laïcs dit « conseil de fabrique » est chargé d’administrer les fonds et revenus pour la construction et l’entretien d’une véritable église. En 1898,une souscription locale permet les premiers travaux d’agrandissement de la chapelle on lui adjoint des bas-côtés. Elle est devient paroisse en 1907 avec son église et son curé, le chanoine Vory. L' architecte Gautier l' agrandit en 1933, en 1935 elle possède  un nouveau clocher et un transept. Elle est à nouveau rénovée en 1955 par l' architecte Henri Vidal . L'intérieur est orné de vitraux du verrier d’art moderne Eric Bonte en 1987.  Puis en  2008 le toit est  refait ainsi que le ravalement, les éclairages intérieurs et extérieurs et la totalité du mobilier ( les chaises et  prie-dieu empaillés disparaissent au profit de bancs en bois)


Sur la première   photo on peut  voir  la  construction de  la  sacristie de  l'Eglise  Saint  Urbain avec  le  sous  sol, la  deuxième  photo nous  montre  la  partie  est  de  la  place  avant les  constructions  effectuées  pendant  la  dernière  mandature  de  Max Catrin
Cette  construction date  des années  cinquante ,  l'église   est un agrandissement  de  la  Chapelle  qui existait au début du siècle à laquelle  on ajouta un transept dans  les  années  trente . On comprend  pourquoi creuser  autour de  cette  église dans  un sol très  meuble  et  ce  malgré les  prouesses techniques actuelles est un peu suicidaire.



Tous les poteaux de cette église sont en bois recouvert de stuc et le bois a été injecté de résine en 1987.



Intérieur de l'église après la dernière rénovation
 Comme dit  le  maire  du  Village en soutien  au triste  Laurent  Wauquiez : les  Républicains  ont  besoin d'un capitaine, mais c'est trop tard:  le  naufrage  a  déjà commencé. L'ébranlement possible   de  la  structure  de  l'église  Saint  Urbain suite au creusement  du parking sera peut-être   le  naufrage  du capitaine   du  Village.
Dormez  bien et  bonjour chez  vous

jeudi 2 novembre 2017

Vieux mansart ou il voit des coucous partout

Le  quartier des  Vallées  n'a  pas  échappé  à la  "mansardisation" galopante . C'est  dans  cette  maison  qu'habitaient  André  et  Marie  Louise Roure  résistants qui donnèrent  leur  nom  à l'ancienne  rue  des  Cailloux rue  limitrophe  entre  Bois  Colombes  et  La Garenne  Colombes .

La famille Roure habitait au 16, rue des Cailloux (côté LaGarenne-Colombes). Elle s’illustra pendant la Seconde Guerre pour ses engagements résistants. Quatre membres de la famille décédèrent en déportation ou sur le champ de bataille. André Roure était le fils de Rémy et Marie Louise Roure.  Étudiant en philosophie, il traversa l’Italie pour rejoindre les troupes françaises. Il s’engagea dans la 1'armée du général de Lattre de Tassigny et participa au débarquement en Corse, sur l’île d’Elbe et en Provence. Il combattit en France et en Allemagne. En 1945, il fut tué par l’éclatement d’une grenade tandis qu’il recherchait sa mère internée au camp de Ravensbrück.   Sa mère Marie-Louise, résistante, avait été arrêtée le 3 avril 1944 à Lyon et déportée à Ravensbrück. Elle y mourut d’épuisement en avril 1945. Rémy Roure (1885-1966), son père, était journaliste : il a travaillé au Monde puis au Figaro, il a participé à la Grande Guerre. Fait prisonnier, il s'est évadé à plusieurs reprises. Lors de sa captivité, il rencontra en 1917 le général Charles de Gaulle, prisonnier de guerre également. Dès 1940, il s'engagea dans la Résistance. Membre de Combat, il était partisan d'un rapprochement entre ce mouvement et le général de Gaulle. Arrêté en octobre 1943, il fut déporté à Buchenwald. A son retour de Buchenwald en 1945, il apprit la mort de sa femme, de son fils, de sa sœur et de son neveu. Rémy Roure était grand officier de la Légion d’Honneur,  Compagnon de la Libération, médaillé de la Résistance ainsi que de la Croix de guerre pour les deux guerres mondiales ( Source: Journées  européennes  du  patrimoine  à Bois Colombes)
Cette rénovation  est  assez  ancienne car l'immeuble  au départ  possédait un  toit  à  double  pente, il  fut  rehaussé  dans les  années 80 au  moment  du premier  boom immobilier  garennois  orchestré  par  Max  Catrin. Le sol du  deuxième  niveau est situé au niveau de  l'égout  de  l'ancienne  toiture ce qui  donne  cet aspect un peu démesuré  à la  partie mansardée. Le  local commercial a  disparu et  la  façade possède désormais  un ravalement   aux  couleurs  à la  mode.




Le  maire  du Village soutien omniprésent  de  Laurent  Wauquiez , lui, voit  des  coucous  partout, c'est  désormais  Emmanuel macron qui en est  un :
 "Au péché d’orgueil et à la méconnaissance des subtils équilibres européens, il faut ajouter la stratégie du coucou. Le coucou est ce petit volatile qui s’installe chez les autres. Emmanuel Macron est un coucou : il prétend être l’auteur du travail des autres, ce qui crée un certain énervement."
Source :ici 
Jadis  c'était  François  Hollande qui en  était  un:
"François Hollande a fait un très beau numéro d’enfilage de perles en présentant ses propositions pour lutter contre les déserts médicaux. La totalité de ces propositions sont déjà mises en oeuvre, sans exception.  (ici
et c'était   même  un  coucou paresseux  (ici)
Le  maire  du Village,  à défaut  de  coucou, apparaît  de  plus  en  plus  comme  un rémora  de  la  politique, toujours  ventousé  à celui qui pourrait  redorer  une  carrière politique  chancelante.
 Mais,  tout  peut  arriver , il aura fallu près  de  cinq  ans  avant  que  l'immeuble  Foster  trouve  un  locataire  ( Sage).
  Le  Village, en attendant   n'en finit  plus  d'être  bétonné,  le  parking  se  creuse  doucement  et  le  stationnement  en surface  ( et  en sous-sol aussi ) entièrement  payant  se  profile  à grands  pas .
Dormez  bien et  bonjour  chez vous

samedi 14 octobre 2017

Tout rénover,tout réhausser, tout mansarder

Des  chantiers  qui n'en  finissent pas, des pavillons, comme  celui-ci,  avec  sa  façade  en  petits  cailloux  bétonnés  typique  de  l'architecture des  années 50, transformés en  deux cubes  mansardés.
Oui,  là il y en a  deux  à la  place  d'un seul  !


L'Esprit  village  vient finalement  à bout  de  tout, on densifie  à outrance  et  on comprend enfin pourquoi le  patrimoine  du Village  n'est  plus  qu'une  peau de  chagrin : une  colonne, deux  églises  et  une  maison de  maître .
 Le fameux Esprit  Village que  défend  tant  le  maire  du Village   aura  transformé  la  commune  en  une  véritable  caserne mansart R +4.

       Le  maire  du Village  est reparti en campagne, il est   maintenant  aux  côtés de  Laurent  Wauquiez qu'il suit  à la trace. Après  s'être  présenté  comme  le  médecin personnel  du petit  Nicolas,  avoir  soutenu l'insoutenable  Fillon et  appelé  à voter  Macron , il a  un nouveau mentor.
Il dévoile  ainsi son vrai visage  de  partisan d'une  droite forte,conservatrice,  lui qui  vouait  une  admiration sans  bornes  au  nostalgique  de  l'occupation Kléber  Haedens , ne voyait  aucune  objection à ce  que son premier  adjoint  s'affiche  avec  La  Manif  pour  tous et  lorgnait  aussi un peu vers  Sens  Commun.
             Le  seul  hic  et  cela  peut  rassurer ceux qui n'apprécient  pas Laurent  Wauquiez,  c'est que le  maire  du  Village  est un chat  noir,  il porte  la  scoumoune:   tous  ceux  qu'il supporte finissent  mal.
 Soutenu ardemment  par Philippe  Juvin, lors de  sa  campagne pour  les  législatives, Jean  Spiri en a  fait  les  frais  et s'est  pris  une  tôle  qu'il n'aurait  jamais  pu imaginer.
Dormez  bien et  bonjour  chez  vous

dimanche 24 septembre 2017

Epidémie Mansart

     Un  petit  pavillon d'un étage  surélevé avec  un toit  Mansart  pour  créer  un autre  niveau et  une  dépendance du même  style  à l'arrière . La  libéralisation  du  PLU , l'abandon du  COS  et une  législation bien plus souple sur  les  hauteurs  et   les  distances   aux  limites  séparatives ont  non seulement  favorisé les  promoteurs   mais aussi les  particuliers. Tout  devient  possible  pour  gagner  des  mètres  carrés.
Quant  à l'esthétique  chacun en jugera.





Le  maire  du Village  suit  maintenant  fidèlement  Laurent  Wauquiez  le grand   pourfendeur des  "profiteurs " et  des  "assistés" de tous  bords


Un  excellent  article  d' Alba Ventura et Loïc Farge sur  le  site  de  RTL  qui remet  bien les  pendules  à l'heure

Après plusieurs jours de polémique, Laurent Wauquiez a finalement renoncé aux avantages liés à ses droits à la retraite de la Fonction publique ( 52 trimestres  pour  deux  mois  de  travail !!!)  . Le président de la région Auvergne-Rhône-Alpes était jusqu'ici "détaché" du Conseil d'État. Il est désormais en "disponibilité". C'était devenu une grosse affaire. Il l'a d'ailleurs constaté par lui-même. Après avoir dit que c'était une vaine polémique, Laurent Wauquiez s'est rendu à l'évidence que ça ne passait plus. Cela témoigne d'ailleurs d'une curieuse myopie. Cumuler des points retraite pendant des années, alors que vous avez occupé votre poste seulement deux mois, avouez qu'il y a comme un décalage.

Car c'est le même Wauquiez qui défendait la réforme des retraites d'Éric Woerth. Et c'est sans doute le même qui soutiendra la réforme des régimes spéciaux. C'est le même qui parlait du "cancer de l'assistanat". C'est le même qui se faisait le chantre de la classe moyenne. C'est le même Wauquiez qui a vu les ravages des "avantages" liés à l'affaire Fillon pendant la présidentielle. C'est le même Wauquiez qui aimait citer ce proverbe chinois : "Le poisson pourrit par la tête", pour expliquer que les dysfonctionnements viennent toujours d'en haut.
On ne passe plus rien aux politiques, même si ce n'est pas illégal. Pas illégal, mais plus supportable. On a bien vu, après l'affaire Cahuzac, combien le sujet était explosif. C'est pour ça que les fonctionnaires élus ou nommés - ministres ou parlementaires - ont été encouragés à se mettre en disponibilité, plutôt qu'en détachement. Car quelqu'un qui ne sert plus l'État comme fonctionnaire n'a pas à cotiser à un régime de fonctionnaires. Sinon il y a un petit côté retraite-chapeau. Ce que la société n'accepte plus.

D'ailleurs, Nathalie Kosciusko-Morizet, Valérie Pécresse, Bruno Le Maire et même Emmanuel Macron l'ont bien compris. Avant d'être eux-aussi rattrapé par la patrouille, ils ont préféré démissionner de la Fonction publique. D'une certaine façon, sur ce point, ils se sont rendus intouchables. C'est étonnant d'ailleurs que Laurent Wauquiez ne l'ait pas vu venir. C'est étonnant qu'il ait attendu de se faire prendre, lui qui aspire aux plus hautes fonctions.
       Mais non, il a préféré continuer à faire ce qui se fait depuis des années. Ce qu'a fait Jacques Chirac, Alain Juppé, Laurent Fabius, Martine Aubry ou François Hollande, qui a fait valoir ses droits à la retraite de la Cour des comptes pendant trente ans alors qu'il n'y a quasiment jamais mis les pieds. En fait c'est de la retraite fictive parfaitement légale, autrement dit des privilèges. Des largesses de l'ancien monde !


En 2004, le maire du Village s'était intéressé à la démarche d'ANTICOR et claironnait « Il faut être impitoyable avec ceux qui trichent. Ils décrédibilisent la fonction d'élus »(Le Parisien septembre 2004)
 On n'a pas  vraiment  envie  d'en  rire
Dormez bien et bonjour chez vous