INTRODUCTION


Sortir des sentiers battus et regarder en arrière le passé de la ville de Garenne Colombes souvent appelée "Village" par ses élus bétonneurs . Le seul blog qui montre comment était autrefois La Garenne, et révèle comment l'architecture de la commune a évolué.

Méfiez vous des contrefaçons

Certains bâtiments, bien que classés à l'inventaire du patrimoine, ont été consciencieusement rasés depuis trente ans, la spéculation immobilière a chamboulé cette petite ville et continue de le faire.

Ce blog est aussi la mémoire d'un quartier entier livré aux bétonneurs de l' EPADESA et de son petit frère DEFACTO qui gèrent La Défense par ses élus au conseil municipal :les Champs Philippe.

L'immeuble Foster de la place de Belgique a définitivement transformé cette place en carrefour, il a aussi scindé définitivement la ville en deux . Le quartier des Champs Philippe est densifié à outrance et le pire est à venir avec l'aménagement du quartier des Fauvelles. Qui nous disait, l n'y a pas si longtemps "il n'y aura pas de bandits immobiliers à La Garenne " et que "sa plus grande réalisation d'élu était d'avoir protégé sa commune de l'appétit des promoteurs "?

On n'a plus trop envie d'en rire.

Max Philippe

mercredi 17 janvier 2018

Tout va bien au Village (1)



Dans  le  dernier  bulletin municipal,  la  municipalité nous  vantait  les  derniers  projets  immobiliers de  la  ville. Hélas, depuis  cinq  ans  des  garennois  sont  confrontés  à  un  imbroglio immobilier sur  l'ancien site  de  l'usine  CHIMICOLOR au  début  de  la  rue  Médéric où  se  combinent, permis  de  construire  délivré  sur  un  site  visiblement  pollué,  transfert  de  permis  de  construire,  une  dépollution qui  n'en  finit  pas et  des  riverains  confrontés  à  des  nuisances  continuelles.

Tout  ceci  vous  sera  encore  mieux  expliqué  sur  le  site  du  Collectif  Médéric De Gaulle.

          Nous  retrouvons  là  le  paradoxe  d'une  ville qu'un commentateur assurément  très  "juviniste"  qualifiait  de "ville résolument tournée vers l'avenir et non le passé périmé que vous ( le  retour  du passé) prônez", dans  laquelle,  on  va  même  jusqu'à  construire  des  bâtiments  Haute  Qualité  Environnement  sur  des  sites  pas  vraiment  dépollués...
     Mais  la  spéculation immobilière  au Village  date  des  années  90,  de  l'ère  Max  Catrin (le  précédent  maire 1977-2001),  celui qui voyait  dans  l'actuel maire  du  Village  son dauphin, et  que  ce  dernier , visiblement  impatient  de  propulser  sa  carrière politique  avait  bouté hors  de la  mairie peu élégamment. On  se  souvient  de  la  rancœur  des  soutiens  de  Max  Catrin qui  avaient surnommé  l'actuel  maire  du  Village  "Papa  je  veux", on se demande  pourquoi ...

 La  mode  de  l'utilisation des  friches  industrielles  à  commencé  dès 2013 avec  le  projet  de  réhabilitation de l'imprimerie qui se  trouvait  derrière  ce  groupe  d'immeuble  rue  Médéric par  une SCI   nommée  "carré  d'6".
On voit  comment  la  nouvelle construction dépassait  la  taille  du  hangar  existant, mais  fait-elle  les  9  m du permis  de construire ? ou  plus



D'ailleurs  un  commentateur-riverain  avait  soulevé  un  lièvre  quant  au respect  du  permis  de  construire  déposé: ( voir  le  post  concerné  dont  nous  avons  repris  les  clichés)
"Je dois préciser que cet article est erroné.
En effet, contrairement à ce qui était décrit dans le dossier de permis de construire, la charpente n'a pas été conservée, de même que la forme du toit, puisqu'un édicule a été ajouté par-rapport à l'existant, puis triplé en hauteur et doublé en longueur par-rapport au PC.
Les rigoristes pourront également constater les différences de façade entre le réalisé et le dossier PC, jamais mis à jour depuis.
Tout cela sous la bienveillance de la Mairie."



           En attendant  la  suite,  nos  lecteurs  comme  la  loi  l'autorise,  pourront  consulter  les déclarations d'intérêt du  maire  du  Village comme  celle  de  tous  les  élus   sur  le  site  de  la  haute  autorité  pour  la  transparence  de la  vie  publique.
Conformément  à la  loi,  nous  ne  publierons aucun  chiffre  ni  ne  ferons  aucun  commentaire sur  ces  deux  déclarations, nous  pouvons  en  revanche  donner  le  lien  vers  le  site.
Nos  lecteurs  pourront  utiliser  leur  calculette.
Tout  va bien ...
Dormez  bien et  bonjour chez  vous

lundi 1 janvier 2018

Bonne année 2018- Une citrouille devenue carrosse

Le retour  du  passé  vous  souhaite  une  bonne  et  heureuse  année  2018 et  vous  propose un  petit  conte en  images  pour  les  fêtes, l'histoire  d'une  petite  rénovation :
 Dans  un  Village  déserté  entre  Noël et  le  jour  de  l'an, nos  lecteurs  pourront  se promener  et  retrouver facilement  où se  trouve  ce  nouveau  pavillon.



 Pour  la  nouvelle  année,le  maire  du  Village  offre  un  superbe  cadeau  aux  garennois  en  plus  du  forfait  de  post  stationnement  à 30 € ( 23  € avec paiement  dans  les  cinq jours) 1000 places  de  stationnement  payant  supplémentaires ( soit  une  augmentation de de 72 %)  avec  des arguments  pour  le  moins  fallacieux: 
De nouvelles places de stationnement payant
En même temps que cette réforme, la Ville met en place une extension du stationnement payant, afin de fluidifier la rotation des véhicules et permettre aux Garennois de stationner plus facilement. Ainsi, 1 000 places de stationnement payant supplémentaires vont être créées en plus des 1 400 déjà existantes. Deux zones de stationnement resteront en vigueur : une de courte durée (jusqu’à 2 heures 30) et une de longue durée (jusqu’à 8h30), en fonction des rues.
Rappelons que le stationnement à La Garenne-Colombes est limité à 24 heures sur une même place et que le stationnement n’est payant que sur les places prévues à cet effet :
- en zone courte durée, du lundi au samedi inclus, de 9h30 à 12h30 et de 14 à 19 heures.
- en zone longue durée, du lundi au vendredi inclus, de 9h30 à 12h30 et de 14 à 19 heures.

Au 5 février 2018 :
- le stationnement va devenir payant en longue durée, avenue Joffre, avenue du Général-Leclerc, rue du Moulin-de-Bailly, rue Pierre-Brossolette, rue Raymond-Ridel, rue Jean-Bonal, rue du Transvaal, rue Noël-Pons, rue Cambon, rue du Renard.


Un beau  cadeau  fait  également   par  une  municipalité  incompétente au délégataire  de  service  public chargé  de la  construction du  parking  place  de  la Liberté  qui,  dans  son contrat   gère    également  le  stationnement  en  surface.

Dormez  bien  et  bonjour  chez  vous