INTRODUCTION


Sortir des sentiers battus et regarder en arrière le passé de la ville de Garenne Colombes souvent appelée "Village" par ses élus bétonneurs . Le seul blog qui montre comment était autrefois La Garenne, et révèle comment l'architecture de la commune a évolué.

Méfiez vous des contrefaçons

Certains bâtiments, bien que classés à l'inventaire du patrimoine, ont été consciencieusement rasés depuis trente ans, la spéculation immobilière a chamboulé cette petite ville et continue de le faire.

Ce blog est aussi la mémoire d'un quartier entier livré aux bétonneurs de l' EPADESA et de son petit frère DEFACTO qui gèrent La Défense par ses élus au conseil municipal :les Champs Philippe.

L'immeuble Foster de la place de Belgique a définitivement transformé cette place en carrefour, il a aussi scindé définitivement la ville en deux . Le quartier des Champs Philippe est densifié à outrance et le pire est à venir avec l'aménagement du quartier des Fauvelles. Qui nous disait, l n'y a pas si longtemps "il n'y aura pas de bandits immobiliers à La Garenne " et que "sa plus grande réalisation d'élu était d'avoir protégé sa commune de l'appétit des promoteurs "?

On n'a plus trop envie d'en rire.

Max Philippe

vendredi 13 avril 2018

Et si on retournait au bon vieux COS

Le  COS coefficient  d'occupation des  sols  déterminait  la  surface hors œuvre nette  d'une  nouvelle construction en fonction de  la  surface  de  la  parcelle.Le  plan d'occupation des  sols déterminait  pour  chaque  quartier le  COS: en zone  pavillonnaire il était de  0,3  à  0,5 sur  une  parcelle  de 90 m² on ne  pouvait  construire que  45 m²  habitables .Les règles  d'alignement, de  hauteur et  de  retrait des  constructions , étaient  fixées  par  le  Plan d'occupation des  sols
Voici les  COS à la  Garenne  Colombes 
En  1977  :



En 1989:

Aujourd'hui le PLU définit  les  règles  d'urbanisme ( voir  le  site  de  la  mairie).
Avant   la municipalité  pouvait,  pour  favoriser  des  projets  immobiliers augmenter  à  loisir  le  COS et  permettre la  multiplication de ces  petits  immeubles  R+ 4  à  toit  mansart. Avec  le  nouveau  PLU,  on définit  l'emprise  de  la  construction au sol (60% au Village)


Avec  cette  construction qui remplace  le  minuscule  pavillon de  plain pied on comprend  tout,  la  parcelle fait 90 m²:   avant,  avec  un COS   de  1,3 dans  le  secteur on pouvait construire 110 m² habitables.
Aujourd'hui, on peut , puisque  la  parcelle est située  en zone UE , avoir  une  construction ayant  pour  emprise  60% des 90 m² soit 54m² d'emprise au sol avec  une  hauteur  maximale  de de 11m dans  le  cas  d'un mansart  soit  trois  niveaux  donc près  de  160 m² habitables.
Mais  il y a  une  petite  astuce  : limiter la  surface  habitable  à moins  de  150 m² ce  qui évite  le  recours  à un architecte.Les  propriétaires  de  ce pavillon ont  évidemment  appliqué  la  règle  puis  qu'il n'y a  que  149 m² habitables !!
Voici comment  l'Esprit Village  si cher  au maire  du Village a  vraiment  du  plomb dans  l'aile. La  densification à outrance  continue et les  garennois  paient , tant  que  la  taxe  d'habitation existe encore, les  amendes énormes infligées  au Village  qui ne  respecte  pas  la  loi SRU  en ce  qui concerne le  pourcentage  de    logements  sociaux . Avec  la  suppression de  la  taxe  d'habitation pour  certains  ménages comment  va-t-on combler le  trou créé dans  le  budget par cette  amende  ? La  solution choisie  semble  être   la  verbalisation à outrance avec  un stationnement  payant  étendu à toute  la  commune.
Dormez bien et  bonjour chez  vous

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire