INTRODUCTION


Sortir des sentiers battus et regarder en arrière le passé de la ville de Garenne Colombes souvent appelée "Village" par ses élus bétonneurs . Le seul blog qui montre comment était autrefois La Garenne, et révèle comment l'architecture de la commune a évolué.

Méfiez vous des contrefaçons

Certains bâtiments, bien que classés à l'inventaire du patrimoine, ont été consciencieusement rasés depuis trente ans, la spéculation immobilière a chamboulé cette petite ville et continue de le faire.

Ce blog est aussi la mémoire d'un quartier entier livré aux bétonneurs de l' EPADESA et de son petit frère DEFACTO qui gèrent La Défense par ses élus au conseil municipal :les Champs Philippe.

L'immeuble Foster de la place de Belgique a définitivement transformé cette place en carrefour, il a aussi scindé définitivement la ville en deux . Le quartier des Champs Philippe est densifié à outrance et le pire est à venir avec l'aménagement du quartier des Fauvelles. Qui nous disait, l n'y a pas si longtemps "il n'y aura pas de bandits immobiliers à La Garenne " et que "sa plus grande réalisation d'élu était d'avoir protégé sa commune de l'appétit des promoteurs "?

On n'a plus trop envie d'en rire.

Max Philippe

jeudi 26 mars 2015

La Garenne fait son cinéma






 Les  subtilités  de  la  nouvelle règle électorale qui exige  que  pour  ètre  élu, il faut non seulement  avoir  la majorité absolue des  suffrages  mais  aussi  un score  qui représente 25% des inscrits,  fait  qu'on revotera  dimanche au Village. Nous retrouverons  donc au deuxième  tour un duel :
 Isabelle Caullery (UMP) et Yves Révillon (UMP). Isabelle Dahan (PS) et Alexis Guerit (PS).
Le  FN n'étant pas de  la partie , seul un réveil des  électeurs  pourrait  enrayer  une  victoire  quasi  certaine  de l'UMP. Un tremplin  pour  la  sœur  du maire  du Village  qui  pourra  récupérer  le  siège  de  sa  copine  Isabelle  quand  elle  démissionnera  à  cause  de  son  grand  âge....

En attendant  voici quelques  histoires  du  Village.

  • Nous  avons  découvert avec  stupéfaction  dans  le  bulletin municipal comment  le  maire  du Village  avait  harcelé  M. Conway en  l'assignant en justice  et  en  réclamant contre lui  une  peine  d’inéligibilité  parce qu'il avait  eu  l'outrecuidance (le  maire  du Village  aime  beaucoup l'expression)  de  refuser   de  tenir  un  bureau de  vote,  étant  donné qu'il était  lui  même  candidat. Deux  procédures aux frais  des  garennois pour  être finalement débouté, le  maire  du Village tant  occupé  à être  le  premier  député européen ( au  classement votewatch )  aurait-il  oublié  qu'il avait  été  élu  haut  la  main aux  dernières élections  municipales, battant  M Conway.
Mais  pourquoi  donc un tel acharnement ?   M. Conway  serait-il  un véritable  danger ?  Parce  qu'il poserait  les  bonnes  questions  sur  la  gestion municipale   ou le  maire  du Village se sentirait-il persécuté à ce point?
  • Le Village a  été aussi  touché en janvier  par le  virus  de  la   télé réalité  , c'était  dans  ce   reportage  bidouillé  tourné  au  moment  de  la  parution du numéro de  Charlie  Hebdo suivant  l'attentat et qui avait  échappé  à la  sagacité de  notre équipe.
Synopsis
Pierre le  garennois, directeur  d'école,  va chercher  son  Charlie  Hebdo, comme  tous  les mercredi matin chez le sympathique marchand de  journaux de  la  rue  Voltaire, mais le  reportage  nous  annonce  qu'il a  fait  chou blanc .





Si on regarde pourtant  attentivement   à  30s , on le  voit  s'emparer  du précieux  bien (l'avait -il réservé  en  client prévoyant ?) et  quitter l'officine.

Son errance  dans  les  rues  du Village  commence , enfin pas  vraiment,  puisqu'il  pousse  jusqu'à la  rue  Gabriel Péri  pour  tenter d' y  trouver soi-disant  son bonheur. Le  scénario  bien  ficelé  de  cette  histoire  nous  montre  comment  Pierre retourne  emprunter  le saint  livre  au  premier  commerçant  pour  le  lire  peu  après  au café. La  nuit de  janvier  enrobe  le  Village car il est tôt et  lorsque  nous  voyons  Pierre  pouvoir  enfin  lire  son Charlie  au bistrot  qui , au fait , se  trouve  à  50 mètres  du  marchand  de  journaux , il fait  jour et  l'horloge  indique  9h30 . Mais  qui  est  donc  l' acteur   de  ce reportage  visiblement  scénarisé ?  un  acteur  en  mal de  cachet  ?  Eh  bien non,  un ancien de  notre  équipe  nous  a  apporté  la  réponse:  Pierre fut  le  candidat  du  Parti Socialiste  aux  élections  municipales  de  1996 justement  à  l'époque du scandale des faux-vrais  HLM de  la  rue  Voltaire.
Dormez bien et  bonjour  chez  vous 


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire