INTRODUCTION


Sortir des sentiers battus et regarder en arrière le passé de la ville de Garenne Colombes souvent appelée "Village" par ses élus bétonneurs . Le seul blog qui montre comment était autrefois La Garenne, et révèle comment l'architecture de la commune a évolué.

Méfiez vous des contrefaçons

Certains bâtiments, bien que classés à l'inventaire du patrimoine, ont été consciencieusement rasés depuis trente ans, la spéculation immobilière a chamboulé cette petite ville et continue de le faire.

Ce blog est aussi la mémoire d'un quartier entier livré aux bétonneurs de l' EPADESA et de son petit frère DEFACTO qui gèrent La Défense par ses élus au conseil municipal :les Champs Philippe.

L'immeuble Foster de la place de Belgique a définitivement transformé cette place en carrefour, il a aussi scindé définitivement la ville en deux . Le quartier des Champs Philippe est densifié à outrance et le pire est à venir avec l'aménagement du quartier des Fauvelles. Qui nous disait, l n'y a pas si longtemps "il n'y aura pas de bandits immobiliers à La Garenne " et que "sa plus grande réalisation d'élu était d'avoir protégé sa commune de l'appétit des promoteurs "?

On n'a plus trop envie d'en rire.

Max Philippe

mardi 27 janvier 2015

Le grand Duduche et le professeur


             La  lecture  du dernier  bulletin  municipal nous  a laissés  pantois: un  hommage  à  Cabu en première  page.
Le  maire  du  Village   nous  a  donc  proposé  un  vibrant   éditorial  où  il nous  livrait  son analyse  des   tragiques  événements  de la  première  semaine  de  janvier mais  où  la  politique  reprenait  ses  droits  dès  les  premières  lignes  car  il  en  profitait  pour  éreinter  ses  opposants (ceux  qu'il appelait  'les  sots") :
"Avec des  gens  intelligents, même ( et  surtout) aux  idées  opposées,  aux siennes  , on passe  un bon moment".
A force  de  se  persuader  qu'il est  Charlie,  le  maire  du  village  est  devenu ce  Charlie  là:


puisqu'il se  glisse insidieusement  à côté  du dessinateur sur  les autres  photos  de la  page.
Nous  avons  ainsi  découvert que  le maire  du Village  était  un  fervent lecteur  de  Charlie   et aimait  battre  le  pavé  avec  les  camarades: " les manifestations qui se  sont  levées  partout et  auxquelles  j'ai participé..."
Il nous  ressert  à  l'occasion  la  phrase d'Ernest Renan qu'il affectionne  tant:
L'homme n'est esclave ni de sa race, ni de sa langue, ni de sa religion",
 mais  hors  de  son contexte:   le  discours "Qu'est-ce qu'une Nation ?" était  celui  du refus de  la  vision allemande  de  la  nation  après  la  défaite  de  1870 et   certains  le  voient  comme  un  texte fondateur de l'antisémitisme du XXe siècle et  de la "pensée nationaliste". Mauvaise  pioche .
          Le  maire  du Village  qui prétend  défendre   l'irrévérence  de  Charlie  Hebdo  s'était  pourtant  empressé de   traîner  devant  la  justice  un blog qui le brocardait  un peu :
                   Encore  de  la  com, de la  politique minable, et finalement    peu de  respect  pour  les  17  victimes. Le  maire  du Village  s'est  aussi  empressé  de  balancer  son  éditorial  dont  il devait  être   un peu fier  sur  le  Huffington Post avec  un  lien depuis  son compte  Twitter , tout est  bon pour  se  mettre  en  avant .
Mais le  summum du ridicule   c'est la  tribune  libre  de  la  majorité  municipale se  résumant  à  un '"Je suis Charlie".

Ceux  de  Charlie, n'auraient    pas  voulu de   Kléber Haedens comme  nom de  collège,  n'appréciaient  pas  " La  manif  pour  tous", auraient  satellisé le  curé  du Village avec sa  soutane, sa  messe en latin et  ses processions  d'un autre  temps , auraient  détourné  les   trop nombreux communiqués de  presse  du maire du  Village, auraient  brocardé un  homme  politique   qui  fait  tout  pour  être  sur  le  devant  et  n'y parvient  même pas.



 Quelques  vues de   l'école  Renan avant  Foster:






Dormez  bien et  bonjour  chez  vous

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire