INTRODUCTION


Sortir des sentiers battus et regarder en arrière le passé de la ville de Garenne Colombes souvent appelée "Village" par ses élus bétonneurs . Le seul blog qui montre comment était autrefois La Garenne, et révèle comment l'architecture de la commune a évolué.

Méfiez vous des contrefaçons

Certains bâtiments, bien que classés à l'inventaire du patrimoine, ont été consciencieusement rasés depuis trente ans, la spéculation immobilière a chamboulé cette petite ville et continue de le faire.

Ce blog est aussi la mémoire d'un quartier entier livré aux bétonneurs de l' EPADESA et de son petit frère DEFACTO qui gèrent La Défense par ses élus au conseil municipal :les Champs Philippe.

L'immeuble Foster de la place de Belgique a définitivement transformé cette place en carrefour, il a aussi scindé définitivement la ville en deux . Le quartier des Champs Philippe est densifié à outrance et le pire est à venir avec l'aménagement du quartier des Fauvelles. Qui nous disait, l n'y a pas si longtemps "il n'y aura pas de bandits immobiliers à La Garenne " et que "sa plus grande réalisation d'élu était d'avoir protégé sa commune de l'appétit des promoteurs "?

On n'a plus trop envie d'en rire.

Max Philippe

mercredi 8 septembre 2010

Une autre façon d'envisager un parking.


Si le projet de la municipalité voit le jour, la ville de La Garenne- Colombes sera propriétaire de son parking souterrain dans trente  ans . Les réserves en énergies fossiles seront peut-être taries, la place de l'automobile dans notre vie quotidienne aura peut-être aussi évolué. Alors pourquoi se lancer dans un chantier non rentable sauf pour nos amis de Spie Autocité qui seront les seuls  à récolter les fruits de la générosité garennoise.

Ce parking souterrain est devenu soi-disant indispensable parce qu'il n'y a pas de parking sous la médiathèque mais s'il y en avait eu un, cinquante places auraient été raisonnables;et les places en surface autour de l'église sont loin d'être utilisées la journée. 
 Comment une municipalité peut-elle enfreindre les règles qu'elle a  elle-même édictées. Le chantier a été  arrêté pendant plusieurs mois avec les coûts que cela génère parce qu'un parking  pour la médiathèque n'avait pas  prévu, quel gâchis. Qui sont les responsables de cette monumentale erreur, nos élus lisent-ils les documents qu'ont leur transmet?
Si ce chantier est prévu uniquement pour remédier  aux problèmes de stationnement  du samedi et pour accueillir aussi les véhicules des commerçants, son premier sous -sol devra avoir une hauteur de 4 mètres et sur le projet présenté en éclaté il y a en plus un deuxième sous sol  donc une fosse d'une profondeur de 10 mètres ( 4 étages) tout autour de l'église dans un  sol  très alluvionnaire.


  • Alors, pourquoi ne pas conserver le statu-quo en autorisant un peu plus  le stationnement de chaque côté de l'église  avec une tolérance sous la halle sauf les mardi et vendredi après midi ainsi que les jours de marché tout en laissant bien sûr une aire pour les jeux des enfants et les footballeurs
  • Pourquoi ne pas proposer aux commerçants du marché de stationner au parking de la mairie et au besoin leur réserver une rue  (par exemple la rue Gabriel Péri)dès le samedi matin 6 heures jusqu'à 15 heures.
A Bois Colombes, le samedi, les places autour de la mairie sont dévolues aux commerçants du marché, les véhicules en  stationnement sont enlevés.


Il  faut enfin ne pas oublier que parking souterrain signifie aussi stationnement payant en surface comme  à Levallois ou à Neuilly .Dès que le projet sera effectif, Spie Autocité aura  la maîtrise totale des tarifs du parking, la commune conservera celle du stationnement en surface, celui ci devant être incitatif pour l'utilisation du parking souterrain.



Et même si la majorité  municipale venait à  changer tout retour en arrière serait impossible.

Dormez bien quand même, et bonjour chez vous.

1 commentaire:

  1. Bonjour, tres bonne analyse de la situation ubuesque dans laquelle philippe Juvin et ses petits amis de la majorité municipale sont en train de s'enliser et surtout d'enliser les garennois dans un bourbier pour les 30 ans à venir.

    Juste une remarque, vous avez oublié le cout fixe et immédiat que la ville devra en plus débourser pour lancer les travaux : entre 4 et 5 millions d'euros. Ce n'est pas rien !!!

    Cela promet de belles hausses d'impots à venir alors que nos monuments se dégrade, se degrade, et que philipep juvin trouve que l'entretien des fontaines du cimetiaire (20.000 petirs euros) represente une somme considérable.

    Cherchez l'erreur

    RépondreSupprimer